06 03 53 12 20

Le télétravail permanent et forcé vécu ces derniers mois par de très nombreuses personnes a permis de constater :

Des avantages :

  • Circulation routière et pollution moindres, les salariés ne se rendant pas sur leur lieu de travail
  • Journées remplies, le salarié étant immédiatement opérationnel, en l’absence de temps de trajet
  • Concentration et efficacité accrues (sauf conditions dégradées)
  • Réunions qui démarrent à l’heure et sans dispersion des sujets, souvent avec un compte rendu
  • Management généralement de même qualité et même renforcé pour certaines équipes, paradoxalement, par la distance forcée entre membres d’une équipe

Des inconvénients :

  • Salarié mal installé : ergonomie (un seul écran, siège inadapté, local exigu, présence du conjoint et / ou des enfants, interruptions du fait de la scolarité pendant le confinement)
  • Salarié isolé : aucun contact physique, ni avec le monde du travail, ni avec ses proches, uniquement par vidéo conférence pendant plusieurs mois
  • Salarié sans soutien social. Parfois, le manager et / ou les collègues n’ont pas pris ou donné de nouvelles pendant le confinement.
  • Trop longues journées. Sans y prendre garde, on attaque à 7h30, on déjeune en 30 minutes, un œil sur le PC, et on termine à 18h30 voire 20h30… avec les yeux fatigués et des courbatures.

Si on essaie de dresser le constat hors inconvénients du confinement forcé, il reste finalement de nombreux avantages au télétravail, à commencer par l’effet immédiat sur la circulation automobile et la pollution, sans qu’aucun investissement d’infrastructure ne soit nécessaire. La plupart des inconvénients du télétravail peuvent être objets de mesures de prévention.

En effet, il faut faire la distinction entre le télétravail forcé et permanent pendant le confinement, et le télétravail normal. En télétravail normal, on se rend sur son lieu de travail à chaque fois que nécessaire (arrivée d’un stagiaire ou d’un nouveau collègue, réunion où le présentiel s’impose, changement de poste et / ou d’entreprise …) deux à quatre jours par semaine. Les enfants ne sont pas à la maison, et l’environnement de télétravail a été pensé pour être efficace.

Pour ILYAD, une véritable réflexion doit s’amorcer dans les Entreprises, pour les postes de travail qui le permettent,  pour des accords de télétravail proposant au moins deux jours par semaine que le salarié interrompra si nécessaire, car cette organisation est vraiment un mode gagnant / gagnant qui produit de la performance si l’on prend la précaution de prévenir les difficultés évoquées plus haut.

Pour un développement toujours plus durable, passons de la vision où le télétravail est exceptionnel, à celle où il devient courant et banalisé.